Retour au menu. La vie…


Voilà un vaste sujet où je suis bien petit pour vouloir y mettre mon grain de sel. Ce qui est sûr, c’est que je ne pourrai pas rivaliser avec tous les chercheurs, penseurs, philosophes ou théologiens qui se sont penché sur le sujet depuis Darwin et même bien avant pour certains. Mais comme je place les sujets de mes réflexions dans des « élucubrations », je ne vais pas me priver d’y aller de mon couplet tout à fait personnel sur la question.

-o0o-

Qu’est-ce qui définit la vie ?

Une entité est qualifiée de vivante si elle a la possibilité de se répliquer identique à elle-même (mais pas nécessairement complètement). Ce critère me semble suffisant à une condition près que je dévoilerai dans quelques lignes.
L’autonomie (faculté de ne pas dépendre d’une autre entité ou d’éléments extérieurs pour survivre) n’est pas nécessaire ; un être sexué par exemple n’est pas autonome, sa reproduction dépend de son partenaire ; une plante ne l’est pas plus, dépendant des insectes pour la pollinisation.
L’entité est prise au sens large : ce peut être un individu d’une espèce vivante (animal, plante…) une création de l’homme (robot, programme tel qu’un virus informatique …) ou toute chose (l’imagination est sans limites) capable de se répliquer tout en transmettant toutes ses caractéristiques essentielles, à sa descendance.

Une seule condition (la voilà) est nécessaire pour que la vie perdure : la reproduction de l’entité doit se faire avec un ratio supérieur ou égal à 1/1 (l’entité doit – en moyenne sur toute la population d’entités d’une même espèce – répliquer au moins 1 de ses semblables au cours de sa vie).
Si le ratio est égal à 1/1, la population reste stable ; si ce ratio est supérieur à 1/1, la population est en croissance permanente ; si ce ratio est inférieur à 1/1, la population décroît jusqu’à sa disparition.

Comment la vie ?

Il faut d’abord se poser la question de la création de la vie. C’est là un mystère qui, je crois, n’est pas encore résolu. Certains ont dit que la vie viendrait de comètes, d’accord, mais ça ne fait que reporter la question. D’autres évoquent un dieu, pourquoi pas. Des chercheurs - Stanley Miller et Harold Urey- ont fait des expériences avec un certain mélange d’éléments (la soupe primitive) qu’ils ont ensuite bombardé de décharges électriques. (Tout cela a existé dans la nature et est donc plausible.) Il semblerait qu’ils aient réussi de cette manière à générer des molécules organiques et des acides aminés.
Bon ! Quel que soit comment cela est arrivé, admettons que la première molécule autorépliquable ait vu le jour, il y a très… très longtemps. Pour faire une réplication utile, il faut deux choses :
1. pouvoir transmettre toutes les caractéristiques de la molécule (code génétique) à la cellule répliquée
2. absorber plus d’énergie (alimentation) que celle nécessaire à la vie de la molécule afin d’en transférer à la réplique (il n’y a pas de création de quoi que ce soit sans apport d’énergie)

Voici un site intéressant avec des explications simples sur l’origine de la vie : http://www.ldi5.com/bio/vie.php

Pourquoi la vie ?

La réplication peut se faire imparfaitement, le code génétique se transmet parfois avec quelques petites erreurs. Ces erreurs peuvent avoir des conséquences graves sur la reproduction de la nouvelle entité (je reparle d’entité pour sortir du cadre restreint de la cellule).
· Elles peuvent apporter une stérilisation de l’entité, d’où son impossibilité de se reproduire. C’est la fin de cette nouvelle espèce (l’espèce est une population d’entités ayant un code génétique commun).
· Elles peuvent réduire la durée de vie de l’entité qui n’aura alors plus assez de temps pour se reproduire.
· Elles peuvent rendre l’entité vulnérable aux prédateurs.
· D’une manière générale, elles peuvent affaiblir l’entité d’une façon ou d’une autre au point de limiter sa survie, donc sa possibilité de reproduction.
Heureusement, toutes les erreurs ne vont pas dans le sens de l’élimination de l’espèce, et certaines favorisent même la capacité de reproduction :
· Donner une plus grande fécondité à l’entité.
· Augmenter sa durée de vie.
· Lui apporter une meilleure défense contre les prédateurs.
· D’une manière générale, elles peuvent renforcer l’entité d’une façon ou d’une autre au point d’augmenter sa survie, donc sa possibilité de reproduction.

Nous percevons ici le mécanisme, décrit par Darwin, de la survie des espèces et que j'interprète ainsi : sont naturellement éliminées les espèces dont le nouveau code génétique de ses entités n’est pas favorable à la reproduction. A contrario, si une entité a la possibilité, durant sa vie, de se répliquer avec un ratio >= 1, son espèce survivra.

Soit l’étendue de toutes les erreurs de réplication possibles, nous pouvons la diviser en trois catégories :
1. les erreurs néfastes à la reproduction,
2. les erreurs n’ayant aucune incidence sur la reproduction,
3. les erreurs favorables à la reproduction.

Nous pouvons alors poser l’équation suivante :

Pr = (F + N) / (D + F + N)

Avec Pr = Probabilité de la reproduction de l'espèce
F = nombre d’erreurs Favorables à la reproduction
D = nombre d’erreurs Défavorables à la reproduction
N = nombre d’erreurs ayant une incidence Nulle sur la reproduction

Et supposons la répartition des erreurs établie comme suit : les erreurs néfastes D et les erreurs F favorables sont en quantité égale car complémentaires (D = F), les erreurs sans incidence N sont plus ou moins importantes que celles-ci.
Voyons les valeurs extrêmes de Pr en fonction de N :
N voisin de zéro Pr = 1/2 (valeur minimum)
N = D = F Pr = 2/3 (valeur intermédiaire)
N très grand Pr = 1 (valeur maximum)
La survie est toujours assurée avec une probabilité comprise entre 1/2 et 1
(cependant, il semble raisonnable de penser que N est bien plus grand que D et F, donc Pr est certainement plus près de 1 que de 1/2)

Si Pr = 1/2, la moitié des espèces modifiées survit (celles qui ont une reproduction efficiente). Une espèce sur deux est viable.
Si Pr >= 2/3, les espèces modifiées ont une probabilité très grande de survie. La presque totalité des espèces est viable.

La vie est donc inéluctable.

Dés lors que le phénomène de la vie est enclenché selon le critère de sa définition et avec un ratio >1, la vie devient obligatoirement pérenne au cours de ses différentes évolutions aléatoires. Les erreurs de réplication vont engendrer des espèces nouvelles, très variées.
Les formes dont les caractéristiques favorisent plus la survie que les autres vont engendrer plus rapidement et en plus grand nombre des individus possédant leurs caractéristiques (c’est là la seconde loi de Darwin : l’évolution des espèces par la sélection naturelle).
La vie va plus rapidement dans le sens de l’amélioration.

Une entité va générer des espèces différentes, ayant chacune ses possibilités d’évolution plus ou moins importante selon ses propres caractéristiques.

Par exemple, l’une de ces possibilités est le sexe.
D’où vient la vie sexuée des nombreuses espèces d’aujourd’hui ? (voir à ce sujet la revue « Science et Vie », édition hors série sur le sexe de mars 2012). Pas de réponse satisfaisante à ce jour, quoi qu'il en soit, la reproduction sexuée a beaucoup d'avantages :
Le principal est que le sexe permet le partage, donc le mélange patrimonial de deux individus différents. De ces mélanges va découler une très grande variété d’individus (les combinaisons dues au mélange sont immenses), assurant ainsi une plus forte probabilité de survie de l’espèce (les erreurs de réplications sont très rares et agissent sur de très longue période alors que la variété due au mélange est grande et est beaucoup plus rapidement opérationnelle).

Bien d’autres sources de survie ont vu le jour, telles les cinq sens qui permettent à l’individu de mieux se protéger contre ses prédateurs et de trouver plus facilement sa nourriture et son partenaire dans le cas d’une espèce sexuée.

Voici, par exemple, comment je conçois l’apparition de l’œil (organe très important dans la survie de l’espèce)
· Des cellules photosensibles sont d’abord apparues sur le corps de l'entité, ainsi le premier organe de la vue n’était-il sensible qu’à la seule intensité de la lumière du jour mais cela fut favorable à l’augmentation de la probabilité Pr (la présence d’un prédateur créant une ombre décelable par ces cellules).
· Ensuite, des cellules transparentes sont apparues par endroit au-dessus des premières pour les protéger (la sélection naturelle les a donc préservées, cette protection augmentant Pr).
· Puis l’agglomération – anarchique - des cellules transparentes ont produit un semblant d’effet loupe (futur cristallin) permettant, dans un premier temps, d’appréhender les mouvements des ombres extérieures (effet favorable à la survie face aux prédateurs ou aux proies).
· Les cellules photosensibles se sont ensuite spécialisées selon les couleurs d’un spectre de lumière utile à l’espèce (les insectes voient dans un spectre différent de celui des mammifères) et se sont multipliées pour obtenir une image précise de l'entourage permettant de mieux comprendre et utiliser l’environnement.
· L’œil s’est alors peu à peu amélioré pour aboutir à celui des êtres évolués d’aujourd’hui (il faut noter les différentes évolutions des yeux selon les espèces notamment pour les insectes).

Comment l’œil s’est-il dupliqué en deux afin de créer la vision en relief ? Cela reste un mystère pour moi ; cela impliquerait qu'un second œil apparaîsse dans les mêmes conditions et que le cerveau se conforme pour en déterminer le relief. Cela fait beaucoup de conditions simultannées. Mais ce fut une belle réussite extrêmement utile pour mieux se situer dans l’environnement.

Il en va de même pour toutes les fonctions essentielles qui dotent les individus vivant actuellement. Petit à petit, au cours de beaucoup de tâtonnements, la fonction a évolué dans le sens de l’amélioration de la survie, donc de la reproduction.

Et la mort ?

Comment ne pas parler de la mort lorsqu’on évoque la vie ?
Philosophiquement, mais aussi pratiquement, la mort est nécessaire à la vie.
· Philosophiquement, c’est un vaste débat dans lequel je rentrerais peut-être un jour.
· Pratiquement, sans la mort, il n’y aurait aucune émulation (amélioration de l’espèce) pour la survie qui est le chemin de l’évolution comme nous venons de le voir.
· Sans la mort, la vie serait un accroissement anarchique d’individus non évolués qui aboutirait très vite à la saturation de l’espace vital. C’est une impossibilité car cette limite ne pourrait même pas arrêter l’accroissement, les individus en trop ne pouvant pas être éliminés.
Bon, je ne m’étendrai pas plus sur ce sujet dont l’évocation n’est pas des plus agréables.

Conclusion

La vie, si elle est née du hasard, devient pourtant inévitable dès lors qu’elle existe et son évolution va nécessairement dans le sens de l’amélioration.
La clé de l’évolution des espèces est sa possibilité de reproduction avec d’infimes modifications, la reproduction étant étroitement liée à la survie des individus.
" L'espèce dont la survie lui permet de se reproduire évoluera ! "
C’est un phénomène qui, étant enclenché, va en s’amplifiant. La vie est plus forte que tout et ne peut plus disparaître. Dès lors qu’il en reste un soupçon (après un cataclysme par exemple), elle va recommencer à évoluer et toujours dans le sens de l'amélioration.

Il n’est donc pas utopique de croire que la vie pourrait exister ailleurs dans l’univers mais sous des formes différentes si les conditions de survie sont tout autres que sur Terre.
Cependant, nous pourrions définir le postulat suivant : « toutes causes identiques auront le même effet dans les mêmes conditions » alors si nous supposons que les conditions initiales sont similaires dans tous les endroits où peut naître la vie, son évolution suivra le même chemin. Mais n’est-ce pas là que se niche l’utopie ?

Je ne sais pas où en est la recherche sur la modélisation de la vie en vue de créer des mécaniques capables de se dupliquer avec recopie du patrimoine génétique. Cependant, le virus informatique (déjà cité) est un exemple en la matière.

Note

Le Jeu de la vie fut inventé en 1970 par John Horton Conway, professeur de mathématiques à l’université de Cambridge, au Royaume-Uni. Ce jeu n’en est pas un dans ce sens qu’il n’y a pas de joueur, il s’agit en réalité d’un modèle d’automate cellulaire où chaque état conduit à l’état suivant selon des règles algorithmiques préétablies.
Le jeu de la vie est certes ludique mais ne reflète aucunement les conditions énoncées dans cet exposé car l’évolution de sa population ne dépend que des conditions initiales et en aucun cas des modifications dans la réplication de l’individu. Les règles de vie et de mort sont ici immuables.

Rappel des règles du jeu de la vie :
Il se déroule sur un quadrillage de dimensions infinies dont chaque case peut prendre deux états distincts : « présence d’un individu (vivant) » ou « vide (absence ou mort de l’individu) ». À chaque génération, toutes les cases sont évaluées une seule fois à partir de l’état courant. L’évolution d’une case est entièrement déterminée par l’état des huit cases qui l'entourent, de la façon suivante :
· Une case vide possédant exactement trois voisines occupées devient vivante (un individu y naît). (Ce n’est pas de la bi… mais de la tri sexualité !)
· Une case vide ne possèdant pas exactement trois voisines occupées reste vide.
· Une case vivante possédant deux ou trois voisines occupées subsiste
· Une case vivante meurt par isolement si elle a moins de deux voisines occupées ou par étouffement si elle a plus de trois voisines occupées.
L’animation ci-dessous est un exemple. Les cases noires sont vivantes, les blanches sont vides (Les éléments qui descendent vers le bas à droite vont à l’infini, le reste de la population reste stable avec une certaine périodicité d'évolution). Ceci est un dessin au format GIF, vous pouvez l’analyser image par image si vous avez un logiciel adéquat tel que ImageReady de Adobe.

Ce jeu est beaucoup plus intéressant qu’il n’y paraît et nombre de mathématiciens s’y sont intéressés pour trouver de nombreuses formes particulières, voire curieuses.




Jacky Lebrun, juin 2012

Retour au menu.

haut de la page Donnez votre avis sur cette page
(votre commentaire sera vu par tout le monde)
Ce forum est accessible à tous sans inscription.

Écrivez sans vous préoccuper des retours ligne sauf s'ils sont voulus.
Vous pouvez écrire autant de lignes que vous le voulez,
insérer des balises html (pour modifier la police du texte par ex.).

N'utilisez pas les guillements doubles anglais (") qui tronquent le texte, utilisez deux guillemets simples (') à la place.

VOUS POUVEZ :
aussi bien sur le site que sur un article ou un objet autre:
- critiquer,
- faire des éloges,
- donner votre avis,
- poser une question,
- répondre à une question, etc.

VOUS NE POUVEZ PAS :
- être mal poli ou malveillant envers autrui,
- parler de sujets polémiques (politique, religion...),
- écrire dans un mauvais français,
- faire de la pub,
- inclure des images.

Merci de respecter ces règles de bienséance (sinon votre texte serait éliminé)

Jacky Lebrun, administrateur.
Votre prénom ou pseudo
Article (de ce site) ou objet (général) sur lequel porte vos commentaires
Votre texte
Cliquez sur pour soumettre votre message.

fin du forum Le Forum (du + ancien au + récent)
**********************************************************************************************
"antinuk" a écrit le 23-02-2015 18:38:25 au sujet de l'article "cerisiers"

Ouaip ! La griotte est grillée !
**********************************************************************************************
"jacky" a écrit le 26-02-2015 11:21:59 au sujet de l'article "ça m'énerve"

Les panneaux "bébé à bord".
En quoi suis-je concerné quand je vois une voiture portant ce panonceau ? Dois-je faire en sorte de ne pas lui rentrer dedans, de ne pas lui faire une queue de poisson, de ne pas la serrer contre le trottoir ? Je le fais déjà en l'absence de ce panneau, comme tout le monde.
Le panonceau devrait plutôt se trouver devant les yeux du conducteur de la voiture où se trouve le bébé, c'est à lui de faire attention à sa conduite !
**********************************************************************************************
"Bernard" a écrit le 25-03-2016 17:20:04 au sujet de l'article "formidable coup de chance"

Tout n'est qu'une question de point de vue. Saura-t-on la vérité un jour ?
**********************************************************************************************
"Jacky" a écrit le 31-03-2016 18:42:30 au sujet de l'article "commerçants"

Je viens d'apprendre qu'à terme, les pièces de 1 et 2 centimes vont disparaître, ces prix vont-ils rester tels quels ? Oui, sûrement, car les gens payent en majorité par chèque et carte bancaire. Et puis, le commerçant fera peut-être cadeau de 4 centimes sur le rendu de monnaie pour les paiements en espèce en arrondissant à X,95. Beau cadeau !
**********************************************************************************************
"Anabelly" a écrit le 24-01-2017 20:00:07 au sujet de l'article "je veux gagner des sous"

je me suis déjà fait prendre, ça ne recommencera pas
**********************************************************************************************
"balain21" a écrit le 24-03-2017 14:48:44 au sujet de l'article "la vie"

la vie serait inéluctable, la mort aussi alors !
**********************************************************************************************
"Jacky" a écrit le 25-03-2017 22:58:06 au sujet de l'article "la vie"

La mort fait partie de la vie.
Il y a de quoi réfléchir sur l'immortalité. Est-elle possible, souhaitable ?... Quels seraient les problèmes conséquents (surpopulation, etc.)
**********************************************************************************************
"savon noir" a écrit le 25-03-2017 10:14:59 au sujet de l'article "si la matiere n'existait pas ?"

Ce qui démontre que beaucoup n'ont rien dans la tête, ou peut-être que de la matière noire.
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:00:09 au sujet de l'article "casse-tete"

1- Il existe la même
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:10:21 au sujet de l'article "Le Forum"

1- Comment fait-on pour lire les articles des autres auteurs du forum ?
2- dans la rubrique
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:37:46 au sujet de l'article "franglais"

J'adhère totalement !
Le développement du franglais est dû principalement à ces animateurs radio/télé snobs et à tous les autres (snobs) qui font croire ainsi qu'ils
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:45:56 au sujet de l'article "les religions"

Y'a rien ni à ajouter ni à jeter dans ce qui précède.
C'est
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 12:01:14 au sujet de l'article "commerçants"

Oui d'accord la dessus… mais le mot
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 12:26:40 au sujet de l'article "quoi de neuf"

Complotisme ou conspirationnisme.
Ma réflexion sur ce que tu en dis dans la rubrique

debut du forum