Retour au menu. Les deux mondes de la finance


(Bon, d'accord, la finance, c'est un dada obsessionnel chez moi.)

Dans le monde de la finance, il y a les très riches et les très pauvres, mais aussi les moins riches et les moins pauvres ainsi que toutes les catégories intermédiaires. C’est pourquoi il n’est pas aisé de faire une séparation en deux catégories, cela impliquerait un niveau au-dessus duquel on trouverait les riches et en dessous duquel on mettrait les pauvres.
Deux questions se poseraient alors :
· Où placer cette limite ?
· Quelle différence y aurait-il entre un riche à quelques euros au-dessus de la limite et un pauvre à quelques euros en dessous ?
C’est le phénomène de seuil. Et même si on multipliait le nombre de catégories, le même phénomène se produirait à chaque séparation entre deux catégories contiguës.
Je propose une division de la finance en deux mondes distincts par leur mode de fonctionnement, par leur manière de manipuler l’argent et non pas par leur niveau de revenus ou de richesse. Et comme un petit dessin vaut mieux qu’un long discours, le voici :


Je définis la finance d’en haut et la finance d’en bas. En regardant le dessin vous voyez déjà ce que je veux dire.
Je pose d’abord deux postulats :
1. la finance d’en haut englobe aussi bien des riches que des pauvres (*)
2. la finance d’en bas englobe aussi bien des riches que des pauvres (*)
(Non, je ne me suis pas trompé ! c’est bien la même chose)
(*) La notion de richesse est ici subjective, sans critère de quantité.

Ensuite, je lève une ambiguïté : l’économie est une notion différente de la finance, je la définis comme suit :
· L’économie est ce pour quoi à été créée la monnaie, à savoir, gérer les échanges (de tout ordre) – on parle de marché économique. La monnaie est un moyen simple de chiffrer l’équivalence de valeur commune pour tout ce qui est quantifiable. (A l’origine était le troc… vous connaissez la suite).
L’économie utilise cette équivalence sur les marchés économiques.
Si l’on revient à mon petit dessin, l’économie se situe dans la finance d’en bas.

Qu’est-ce que la finance d’en bas ?

C’est le domaine de la vie de tous les jours, le domaine des achats et des ventes, le domaine des emprunts, le domaine où l’argent circule de main en main afin de faciliter ces actes.
Les produits marchands ont une valeur (prix), les actions humaines ont une valeur (salaires), les emprunts ont une valeur (intérêts).
Les individus possèdent à un instant donné une masse monétaire avec laquelle ils vont pouvoir acquérir ce dont ils ont besoin ou ce qui leur fait plaisir (pouvoir d’achat). Les entreprises possèdent un acquis (capital) qui, les ayant aidées à créer la société, va leur permettre d’établir la production. Lorsqu’un acteur économique (particulier, entreprise) n’a pas l’argent nécessaire pour accomplir ce dont il a besoin, mais a la capacité de disposer de cet argent dans l’avenir, il procède à un emprunt auprès d’un organisme agréé (banque) qui se rémunère par les intérêts (service).
La finance d’en bas utilise utilement les flux d’argent pour faire marcher l’économie, il en ressort une création de richesses propices à la croissance.
On voit dans ce schéma simplifié que l’enrichissement ne peut se faire que par le travail (au sens large) et que chacun à l’accès à cet enrichissement dans la mesure de ses capacités, de ses compétences ou de ses ambitions.

Qu’est-ce que la finance d’en haut ?

C’est essentiellement le domaine de la spéculation dont les acteurs principaux sont les banques (note : je n’ai rien contre les banques qui officient dans la finance d’en bas, malheureusement, ce sont souvent les mêmes banques qui sont en bas et en haut).
J’explique :
Certains se sont vite aperçus que l’on pouvait prêter de l’argent avec des taux plus élevés en fonction du besoin de l’emprunteur (« tu as vraiment besoin de cette somme, je te la prête mais à un taux très élevé, l’accepte-tu ? ») alors la tentation de jouer sur ces taux s’est fait jour. On emprunte à un taux faible et on prête à un taux plus élevé. La différence est un surplus à l’intérêt normal qui couvre frais de gestion et de rémunération du prêteur (coût du service). Ce surplus est spéculatif dans ce sens qu’il n’est relié à aucun coût. Il ne dépend que de l'acceptation hypothétique (voire imposée) des deux parties du marché sans que sa valeur ait une quelconque contrepartie d’une marchandise, d’une action humaine ou d’un service.

On a l’habitude d’utiliser le terme spéculation pour les opérations boursières. Il y a similitude avec les prêts abusifs. En effet, une action n’est ni plus ni moins qu’un prêt consenti par l’actionnaire à une firme qui lui reverse des intérêts (les dividendes). Cependant le mécanisme spéculatif diffère un peu en ce sens que le prêteur (l’actionnaire) ne joue pas sur le taux d’intérêts de l’action (le dividende) dont il n’a pas la maîtrise mais sur le fait que celui-ci peut être attractif pour autrui. Il va donc tenter de vendre l’action qu’il détient à un prix supérieur à celui de son acquisition sous le prétexte que le nouvel acheteur va y gagner des dividendes intéressants. Son gain ne se fait donc plus sur ces dividendes mais sur la plus-value du prix de l’action. La motivation du nouvel acheteur, après réflexions, ne sera pas l’attrait des dividendes mais la possibilité de revendre à son tour l’action à un coût plus élevé. A contrario, la baisse du cours d’une action est liée au fait qu’un vendeur cherche à s’en débarrasser (car la confiance dans cette action a baissé) mais ne trouve pas d’acheteur au prix demandé qu'il est contraint de baisser.
La spéculation (de l'argent et des actions) appelle trois remarques :
1. le prix de l’action ne reflète plus du tout la valeur de la part initiale du capital de la firme.
2. l’action est devenue une marchandise soumise à la loi de l’offre et de la demande (loi connue dont je n’ai pas besoin de rappeler le fonctionnement).
3. l’argent est devenu un produit qui est soumis lui aussi à la loi de l’offre et de la demande.

Sauf que, dans ce cas, cette loi est faussée par nombre de critères :
1. l’action n’est pas un produit de nécessité (produit consommable) mais une hypothèse sur sa valeur future (comme une œuvre d’art). On n’achète pas une "action" mais une "possibilité de gain".
2. cette hypothèse sur le future est une fonction floue et subjective de ce qu’on appelle le marché (boursier). Lequel marché réagit à des considérations qui n’ont plus rien à voir avec l’entreprise mais avec son environnement autant (géo)politique que (géo)économique ou social.
3. l’argent ne peut pas être son propre évaluateur (1 euro ne vaut qu’1 euro) sinon il n’y a plus de référence (voir les résultats que donne "faire tourner la planche à billets").

En résumé, l’argent qui circule dans le domaine de la finance d’en haut est poussé par des espérances de gros rapports à court terme, cherchant le chemin le plus lucratif possible. Ici, la valeur de l’argent ne correspond en aucun cas à un coût de matière ou de rémunération, l'argent est lui-même une marchandise dont on cherche à s’approprier le maximum.
Il n’y a aucune création de richesse quelle qu’elle soit dans la finance d’en haut, mais simplement un déplacement d’argent.

Quels sont les liens qui existent entre la finance d’en haut et la finance d’en bas?

Il faut approvisionner le flux d’argent dans la bulle d’en haut car il n'y a pas, ici, de création de richesse, donc pas de création d'argent supplémentaire mais juste un déplacement. Il y a des gagnants et des perdants dans cette bulle, mais les pertes des uns ne sont pas suffisantes pour générer la richesse toujours avide de croissance des autres, c’est pourquoi ceux-ci font appel au flux monétaire du monde d’en bas.
Comment ?
Par le biais d’opérations douteuses de toutes sortes, ceux d’en haut font croire à ceux d’en bas qu’ils ont intérêts à participer à ces manigances alléchantes (prêts, emprunts, placements…) en leur faisant miroiter des promesses de gains exceptionnels ou en leur facilitant des emprunts importants (souvent supérieurs à leur capacité de remboursement). Ils jouent sur l’effet décrit plus haut qui consiste à s’enrichir sur les différences de taux (taux fixes, taux variables…), cette différence de taux n’étant, bien sûr, favorable qu’à ceux d’en haut. Il y a alors un appel de monnaie de bas en haut

Complétons mon dessin en y traçant les flux monétaires:


Si, pour une raison quelconque (dette importante…) la finance d’en haut n’a plus confiance dans elle d’en bas, le flux montant s’accroît (augmentation des taux d’intérêts des prêts) et le petit flux descendant diminue (intérêts des emprunts)
Lorsqu’il n’y a plus assez d’argent en bas le flux montant s’interrompt et c’est la crise : en haut les gagnants finissent vite par vouloir rétablir ce flux interrompu et devant l’impossibilité, ce sont les perdants (d’en haut) qui pâtissent de ce phénomène (réduction des liquidité des banques, voire faillite de banques). Les banques en mal de liquidité ne veulent plus prêter au circuit économique qui ne peut plus alors créer d’activité (récession),
Le seul moyen de prévenir cette crise est de faire redescendre massivement l’argent en dépit de ceux qui le détiennent (et ne veulent pas le lâcher).
Comment ?
· en taxant les flux monétaires d’en haut.
· en n’honorant pas le remboursement des prêts abusif (avec l’aval d’une loi).
· bref, en réglementant les mécanismes boursiers (recadrer le néo-libéralisme qui sévit depuis plus de trente ans)
Il faut bien sûr qu’il y ait consensus entre tous les partenaires mondiaux sinon le système de la finance d’en haut subsistera toujours quelque part.

Avant que je conclue, vous m’objecteriez en aparté :
- mais les riches, ils participent à l’économie ! En achetant des yachts et des grosses voitures, ils font vivre des ouvriers qui les fabriquent.
Je répondrais :
- tout à fait d’accord si vous parlez des riches d’en bas, ceux qui font circuler la monnaie dans le cycle utile. J'insiste sur le fait que les domaines de finances décrits ici ne sont pas liés à la richesse mais à la manière qu’à l’argent de circuler.
Qu’on ne me dise pas que la finance sert à doper l’économie ! La finance d'en bas, oui elle le fait, mais les sommes engagées dans le cycle de la finance d'en haut ne servent pas l’économie. D’ailleurs, comme il n’y a - en principe - pas de création de monnaie (*), ces sommes importantes qui tournent dans le cycle d'en haut viennent bien de quelque part : comme on l'a vu, elles ont été prélevées dans le cycle économique, d'où l'apauvrissement de celui-ci. Et elles ne peuvent pas en redescendre "gonflées", d'où viendrait le surplus ? Il n'y a pas de création de richesse là-haut !

* La planche à billet est un leurre. Créer x% de monnaie en plus équivaut à dévaluer la monnaie du même taux. Ceci est un artifice pour réduire la dette d'un pays... avec les conséquences qui s'ensuivent.

Là, je conclus brièvement :
Vous noterez l’analogie entre les flux d’argent et le cycle de l’eau dans la nature (suggéré par le dessin), à ceci près que dans la finance, il n’y a pas d’ondées (ou si peu), c’est la sècheresse permanente et il serait bon qu’il y ait un gros orage de temps en temps.
L’analogie s’arrête ici car si dans la nature, les nuages sont bénéfiques, dans l’économie, ils sont complètement perturbateurs et le monde économique se porterait mieux en leur absence.

La finance d’en haut est donc complètement inutile, voire nuisible à l'économie.




Jacky Lebrun, mai 2012

Retour au menu.

haut de la page Donnez votre avis sur cette page
(votre commentaire sera vu par tout le monde)
Ce forum est accessible à tous sans inscription.

Écrivez sans vous préoccuper des retours ligne sauf s'ils sont voulus.
Vous pouvez écrire autant de lignes que vous le voulez,
insérer des balises html (pour modifier la police du texte par ex.).

N'utilisez pas les guillements doubles anglais (") qui tronquent le texte, utilisez deux guillemets simples (') à la place.

VOUS POUVEZ :
aussi bien sur le site que sur un article ou un objet autre:
- critiquer,
- faire des éloges,
- donner votre avis,
- poser une question,
- répondre à une question, etc.

VOUS NE POUVEZ PAS :
- être mal poli ou malveillant envers autrui,
- parler de sujets polémiques (politique, religion...),
- écrire dans un mauvais français,
- faire de la pub,
- inclure des images.

Merci de respecter ces règles de bienséance (sinon votre texte serait éliminé)

Jacky Lebrun, administrateur.
Votre prénom ou pseudo
Article (de ce site) ou objet (général) sur lequel porte vos commentaires
Votre texte
Cliquez sur pour soumettre votre message.

fin du forum Le Forum (du + ancien au + récent)
**********************************************************************************************
"antinuk" a écrit le 23-02-2015 18:38:25 au sujet de l'article "cerisiers"

Ouaip ! La griotte est grillée !
**********************************************************************************************
"jacky" a écrit le 26-02-2015 11:21:59 au sujet de l'article "ça m'énerve"

Les panneaux "bébé à bord".
En quoi suis-je concerné quand je vois une voiture portant ce panonceau ? Dois-je faire en sorte de ne pas lui rentrer dedans, de ne pas lui faire une queue de poisson, de ne pas la serrer contre le trottoir ? Je le fais déjà en l'absence de ce panneau, comme tout le monde.
Le panonceau devrait plutôt se trouver devant les yeux du conducteur de la voiture où se trouve le bébé, c'est à lui de faire attention à sa conduite !
**********************************************************************************************
"Bernard" a écrit le 25-03-2016 17:20:04 au sujet de l'article "formidable coup de chance"

Tout n'est qu'une question de point de vue. Saura-t-on la vérité un jour ?
**********************************************************************************************
"Jacky" a écrit le 31-03-2016 18:42:30 au sujet de l'article "commerçants"

Je viens d'apprendre qu'à terme, les pièces de 1 et 2 centimes vont disparaître, ces prix vont-ils rester tels quels ? Oui, sûrement, car les gens payent en majorité par chèque et carte bancaire. Et puis, le commerçant fera peut-être cadeau de 4 centimes sur le rendu de monnaie pour les paiements en espèce en arrondissant à X,95. Beau cadeau !
**********************************************************************************************
"Anabelly" a écrit le 24-01-2017 20:00:07 au sujet de l'article "je veux gagner des sous"

je me suis déjà fait prendre, ça ne recommencera pas
**********************************************************************************************
"balain21" a écrit le 24-03-2017 14:48:44 au sujet de l'article "la vie"

la vie serait inéluctable, la mort aussi alors !
**********************************************************************************************
"Jacky" a écrit le 25-03-2017 22:58:06 au sujet de l'article "la vie"

La mort fait partie de la vie.
Il y a de quoi réfléchir sur l'immortalité. Est-elle possible, souhaitable ?... Quels seraient les problèmes conséquents (surpopulation, etc.)
**********************************************************************************************
"savon noir" a écrit le 25-03-2017 10:14:59 au sujet de l'article "si la matiere n'existait pas ?"

Ce qui démontre que beaucoup n'ont rien dans la tête, ou peut-être que de la matière noire.
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:00:09 au sujet de l'article "casse-tete"

1- Il existe la même
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:10:21 au sujet de l'article "Le Forum"

1- Comment fait-on pour lire les articles des autres auteurs du forum ?
2- dans la rubrique
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:37:46 au sujet de l'article "franglais"

J'adhère totalement !
Le développement du franglais est dû principalement à ces animateurs radio/télé snobs et à tous les autres (snobs) qui font croire ainsi qu'ils
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 11:45:56 au sujet de l'article "les religions"

Y'a rien ni à ajouter ni à jeter dans ce qui précède.
C'est
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 12:01:14 au sujet de l'article "commerçants"

Oui d'accord la dessus… mais le mot
**********************************************************************************************
"Michel ton cadet" a écrit le 29-06-2017 12:26:40 au sujet de l'article "quoi de neuf"

Complotisme ou conspirationnisme.
Ma réflexion sur ce que tu en dis dans la rubrique

debut du forum